Édito – Entrons dans l’Avent

Édito – Entrons dans l’Avent

Dimanche 27 novembre 2022

L’Avent

Nous entrons ce dimanche dans le temps de l’Avent. Ce temps liturgique propre aux Eglises d’Occident vient de la tradition en Gaule à partir du VIème siècle d’un temps particulier pour se préparer à Noël, grande fête de l’Incarnation. Le terme Adventus (avent) veut dire avènement et sa signification est proche des termes Natale, naissance, mais aussi avènement d’un souverain, et Epiphania, manifestation. Sans doute s’agit-il originairement d’une préparation pénitentiel catéchétique et pénitentielle aux fêtes de Noël, mais certaines prières anciennes invitent à regarder plus loin que la naissance de Dieu parmi les hommes, vers la venue du Christ en sa gloire à la fin des temps.

Ce temps marque aussi depuis l’époque carolingienne le commencement de l’année liturgique mais aussi une ouverture vers un temps avec le Christ en Gloire. Si les premières semaines évoquent de préférence l’Avènement du Christ, à partir du 17 décembre c’est la préparation à Noël qui prédomine, les deux préfaces de la messe pour le temps de l’Avent en témoignent. La première déclare que le Christ « viendra de nouveau, revêtu de sa gloire » et la seconde qu’« il nous donne la joie d’entrer déjà dans le mystère de Noël ».

Alors trois attitudes peuvent nous aider pendant ce temps liturgique : l’attente heureuse de la venue du Sauveur (comme une lumière qui vient briller dans la nuit), la préparation de notre cœur (et de notre maison) à l’accueil de Dieu, l’ouverture aux autres (par le partage) à cette joie de la Bonne Nouvelle : Dieu vient visiter son peuple !

Une proposition vous est faite sur notre Espace Missionnaire d’intentions de prière à découvrir chaque jour sur le site internet de l’espace ou sa page Instagram ou Facebook. Cette semaine ce seront des intentions de prière autour du Pardon, si nécessaire pour la paix dans notre monde, notre pays, nos familles et en nous-même. Découvrons chaque jour ces sujets d’intercession et prions !

Bon chemin de l’Avent !

Thibaut +

********************************

Dimanche 20 novembre 2022

Fête du Christ Roi

Ce dimanche, l’Église nous invite à célébrer la fête du Christ Roi au cours de ce dernier dimanche de l’année liturgique. Le dimanche suivant, premier dimanche de l’Avent, débutera une nouvelle année. 

La fête du Christ Roi a été créée en 1925 par le pape Pie XI dans le but d’affirmer la royauté du Christ. Mais quand on dit « Jésus-Christ, roi de l’univers », et c’est bien le cas car il l’est et sa royauté s’étend sur tout l’univers, il est bien difficile d’échapper au piège des mots. Car tout de suite derrière ce titre ronflant « de roi », nous imaginons la vie somptueuse des palais, des têtes couronnées dans des apparats magnifiques, le pouvoir absolu et quasi divin des monarques. 

Mais nous savons que Jésus ne ressemble en rien aux rois dans leur puissance et leur luxe ! J’ai même envie de dire que le Christ, c’est « l’anti-roi » par excellence ! Parce qu’au lieu de s’élever, il s’abaisse, jusqu’à laver les pieds de ses disciples ! Il sert au lieu de se faire servir. Il est proche des pauvres et non des puissants. Sa puissance, c’est celle de l’amour et sa force celle du pardon. Son Royaume est un royaume d’amour, d’humilité, de compassion, de service et de paix.

Fêter aujourd’hui le Christ-Roi, c’est donc reprendre conscience que nous sommes invités à devenir ses descendants spirituels, c’est-à-dire à imiter le Christ (voir, penser, agir comme Lui). Oui, donnons-nous à Lui pour que l’année qui s’ouvre nous aide à reconnaître son royaume et à le faire advenir. En cela, nous avons part à sa royauté. 

Que cette nouvelle année liturgique qui s’ouvre soit remplie de grâces ! C’est ce que je souhaite pour chacun de nous !  

Stephan+

********************************

Dimanche 13 novembre 2022

Journée mondiale pour les pauvres

A la suite du Jubilé de la Miséricorde, le Pape François invitait l’Eglise à vivre et à célébrer la journée mondiale des Pauvres. Le 13 juin 2017, le Pape François s’exprimait ainsi : « Que cette nouvelle Journée Mondiale devienne un appel fort à notre conscience de croyants pour que nous soyons plus convaincus que partager avec les pauvres nous permet de comprendre l’Évangile dans sa vérité la plus profonde. Les pauvres ne sont pas un problème : ils sont une ressource où il faut puiser pour accueillir et vivre l’essence de l’Évangile. »

« N’aimons pas seulement en paroles ou discours, mais aussi par des actes et en vérité » 1Jn 3, 18. Ces paroles de l’apôtre Jean expriment un impératif dont aucun chrétien ne peut faire abstraction. Replacer le plus pauvre au cœur de notre Eglise, de nos paroisses, c’est répondre à l’appel du Christ serviteur, lui qui s’est fait pauvre parmi les plus pauvres. Ce choix de pauvreté n’est pas un choix de circonstance, c’est la condition de l’établissement d’une vie juste et pacifiée. C’est aussi l’impérative mission pour chaque chrétien d’être attentionné à son prochain le plus démuni. Ne pas remplir cette mission, c’est faire le choix de l’entre-soi douilletet réconfortant, c’est oublier le cœur et la raison de notre mission de chrétien.

Servir le pauvre, c’est aussi être certain de s’enrichir soi-même. Qui a fait cette expérience concrète sait combien les plus démunis portent en eux une richesse et une vérité qui nous éclairent et nous conduit sur les chemins des Evangiles, au cœur du message biblique. Cela nous questionne et nous renseigne sur notre propre humanité, nos faiblesses et nos peurs irrationnelles.

Et dans nos paroisses ? Comment traduire cette volonté individuellement ou collectivement encore plus fortement ? Aux côtés de celles et ceux qui sont déjà engagés dans un service d’accueil et de visites auprès des plus démunis. En s’engageant auprès de la Conférence Saint Vincent de Paul qui poursuit son apostolat auprès des personnes seules et isolées. En donnant chaque dimanche au panier de la solidarité qui permet de partager des denrées à ceux qui viennent sonner au presbytère. En participant aux maraudes du samedi, en visitant les malades et en participant aux célébrations dans les maisons de retraite de notre Espace Missionnaire. Ou encore en mettant vos compétences au service les uns des autres, tel un réseau de solidarité et d’entraide dans nos paroisses.

Bref, les espaces pour servir le plus pauvre ne manquent pas ! Vous pouvez apporter votre pierre à l’édifice afin de vivre davantage l’Evangile dans sa vérité la plus profonde. Nous en aurons un témoigne lors de la célébration à saint André ce dimanche à 10h30.

En union de prière,

Stephan+

********************************

Dimanche 6 novembre 2022

Vivre le prochain Parcours Alpha ou inviter à le vivre : une belle mission pour chacun de nous !

Nous ne sommes pas tous égaux face à la vie d’ici-bas, puisque certains évoluent dans des palaces et un confort outrageant, alors que d’autres, se contentent d’une vie sans logis et d’un repas par jour. Les uns naissent sans difficultés et en bonne santé, les autres démarrent la vie avec l’écharde du handicap ou une mauvaise santé. Mais devant le passage incontournable qu’est la mort, nous sommes tous égaux.  

Face à elle, et à ce passage vers le Seigneur qui nous attend, tant de questions nous viennent sur le sens de notre vie. Nombreux sont ceux qui se posent des questions sans vraiment pouvoir trouver de réponses.  

Depuis des années, nous proposons aux paroissiens de notre Espace Missionnaire de vivre un Parcours Alpha et d’y inviter des personnes ! Car le Parcours Alpha, en plus de répondre à bon nombre de questions, nous fait vivre une expérience fraternelle hors du commun. Il y a beaucoup de personnes pour qui il a changé la vie ! Ce parcours est essentiel dans notre pastorale, il transforme des vies et met en marche vers le Seigneur

Face au relativisme menaçant les convictions les plus assurées, face aux affirmations simplistes trompant les esprits égarés, nous dirons à travers ce Parcours Alpha qu’il existe une vérité, que chacun peut s’approcher de Dieu riche en miséricorde, et que la vie a du goût !

Le Seigneur nous envoie vers des hommes et des femmes qui ne nous attendent pas, qui ne pensent pas vivre loin de Dieu, qui sont peut-être ou certainement heureux de la vie qu’ils mènent mais qui ont pourtant une soif de Dieu et un besoin profond de connaître Jésus.

Le Seigneur passe par nous pour pouvoir les appeler à vivre ce parcours qui, oui je l’affirme, peut changer leur vie. A travers nous, c’est Dieu lui-même qui agit ! Nous ne sommes que les miroirs de la lumière qui vient de Lui ! Ceci met la mission à notre portée ; témoigner des merveilles dans notre vie et appeler ceux qui sont autour de nous à participer au prochain Parcours Alpha ! Nous sommes en mesure de le faire, avec l’aide de l’Esprit Saint ! Tous, des jeunes enfants aux plus âgés des paroissiens, nous le sommes tous !

« Oui, me voici Seigneur, je viens faire Ta volonté. Fais de moi l’instrument de la construction de Ton royaume, pour la gloire de Dieu et le salut du monde ».

Stephan+

********************************

Dimanche 30 octobre 2022

La sainteté, ce n’est rien d’autre que d’être enfant de Dieu

Comme son nom l’indique, la Toussaint est la fête de tous les saints. Chaque 1er novembre, l’Église honore ainsi la foule innombrable de ceux et celles qui ont été de vivants et lumineux témoins du Christ.

Si un certain nombre d’entre eux ont été officiellement reconnus, à l’issue d’une procédure dite de « canonisation », et nous sont donnés en modèles, l’Eglise sait bien que beaucoup d’autres ont également vécu dans la fidélité à l’Evangile et au service de tous.

C’est bien pourquoi, en ces jours qui précèdent la Toussaint, les chrétiens célèbrent tous les saints, connus ou inconnus.

Cette fête est donc aussi l’occasion de rappeler que tous les hommes sont appelés à la sainteté, par des chemins différents, parfois surprenants ou inattendus, mais tous accessibles.

Témoins de l’amour de Dieu, ces hommes et ces femmes nous sont proches aussi par leur cheminement – ils ne sont pas devenus saints du jour au lendemain -, par leurs doutes, leurs questionnements… en un mot : leur humanité.

La sainteté n’est donc pas une voie réservée à une élite : elle concerne tous ceux et celles qui choisissent de mettre leurs pas dans ceux du Christ.

Les papes nous le font comprendre en béatifiant et canonisant un grand nombre de personnes, parmi lesquelles des figures aussi différentes que le Père Maximilien Kolbe, Edith Stein, Padre Pio ou Mère Térésa, Jean XXIII, Jean-Paul II, Louis et Zélie Martin, les parents de Saint Thérèse de Lisieux, etc.

Le drame, ce sont tous les baptisés qui ignorent les richesses de leur baptême, leur hérédité ecclésiale ! Je pense à toutes ces existences qui se perdent à la périphérie de leur cœur. Nous sommes pourtant bien habités par un bonheur que personne ne peut nous arracher, l’appel à la sainteté à travers notre foi de chrétien !

« N’aie pas peur de la sainteté, elle ne t’enlèvera pas tes forces ni la vie, ni la joie. C’est tout le contraire, car tu arriveras à être ce que le Père a pensé pour toi quand il t’a créé et tu seras fidèle à ton propre être.  » Pape François. 

Stephan+

********************************

Dimanche 23 octobre 2022

Vivre le prochain Parcours Alpha ou inviter à le vivre : une belle mission pour chacun de nous !

Nous ne sommes pas tous égaux face à la vie d’ici-bas, puisque certains évoluent dans des palaces et un confort outrageant, alors que d’autres, se contentent d’une vie sans logis et d’un repas par jour. Les uns naissent sans difficultés et en bonne santé, les autres démarrent la vie avec l’écharde du handicap ou une mauvaise santé. Mais devant le passage incontournable qu’est la mort, nous sommes tous égaux.  

Face à elle, et à ce passage vers le Seigneur qui nous attend, tant de questions nous viennent sur le sens de notre vie. Nombreux sont ceux qui se posent des questions sans vraiment pouvoir trouver de réponses.  

Depuis des années, nous proposons aux paroissiens de notre Espace Missionnaire de vivre un Parcours Alpha et d’y inviter des personnes ! Car le Parcours Alpha, en plus de répondre à bon nombre de questions, nous fait vivre une expérience fraternelle hors du commun. Il y a beaucoup de personnes pour qui il a changé la vie ! Ce parcours est essentiel dans notre pastorale, il transforme des vies et met en marche vers le Seigneur

Face au relativisme menaçant les convictions les plus assurées, face aux affirmations simplistes trompant les esprits égarés, nous dirons à travers ce Parcours Alpha qu’il existe une vérité, que chacun peut s’approcher de Dieu riche en miséricorde, et que la vie a du goût !

Le Seigneur nous envoie vers des hommes et des femmes qui ne nous attendent pas, qui ne pensent pas vivre loin de Dieu, qui sont peut-être ou certainement heureux de la vie qu’ils mènent mais qui ont pourtant une soif de Dieu et un besoin profond de connaître Jésus.

Le Seigneur passe par nous pour pouvoir les appeler à vivre ce parcours qui, oui je l’affirme, peut changer leur vie. A travers nous, c’est Dieu lui-même qui agit ! Nous ne sommes que les miroirs de la lumière qui vient de Lui ! Ceci met la mission à notre portée ; témoigner des merveilles dans notre vie et appeler ceux qui sont autour de nous à participer au prochain Parcours Alpha ! Nous sommes en mesure de le faire, avec l’aide de l’Esprit Saint ! Tous, des jeunes enfants aux plus âgés des paroissiens, nous le sommes tous !

« Oui, me voici Seigneur, je viens faire Ta volonté. Fais de moi l’instrument de la construction de Ton royaume, pour la gloire de Dieu et le salut du monde ».

Stephan+

********************************

Dimanche 16 octobre 2022

Méditons, réfléchissons et prions avec la Parole de Dieu

« Depuis ton plus jeune âge, tu connais les Saintes Écritures : elles ont le pouvoir de te communiquer la sagesse, en vue du salut par la foi que nous avons en Jésus Christ. Toute l’Écriture est inspirée par Dieu ; elle est utile pour enseigner, dénoncer le mal, redresser, éduquer dans la justice ; grâce à elle, l’homme de Dieu sera accompli, équipé pour faire toute sorte de bien. » (2Tm 3, 15-16)

Lors du Concile Vatican II dont nous fêtons le soixantième anniversaire de l’ouverture le 11 octobre 1962 par le pape Jean XXIII à Rome, il y a eu un grand désir de remettre la Bible au centre de la vie chrétienne, comme voie privilégiée d’accès au mystère de Dieu et au salut en Christ.

C’est aussi avec ces versets de Paul à Timothée tirés des lectures de ce dimanche que nous pouvons aussi nous interroger sur la place de la Bible dans notre quotidien. Paul parlait des textes de l’Ancien Testament mais nous élargissons cela à toutes les Ecritures Saintes car tout nous conduit au Christ et à son amour donné, centre de notre foi.

Une des constitutions du concile Vatican II a porté sur la Révélation, c’est « Dei Verbum » (noté DV), qui place la Bible et la Tradition comme découlant de la Révélation que Dieu fait de lui-même et de sa volonté culminant en Jésus Christ.

Un des fruits de ce concile a été de donner davantage de lectures bibliques à la messe et dans toute célébration de sacrements. Le cycle des lectures dominicales est passé d’un cycle d’une année à un cycle de trois années avec un cycle particulier pour les lectures de semaine et une première lecture dominicale tirée le plus souvent de l’Ancien Testament.

« Par la Révélation divine, Dieu a voulu se manifester et se communiquer lui-même ainsi que manifester et communiquer les décrets éternels de sa volonté concernant le salut des hommes, à savoir de leur donner part aux biens divins qui dépassent toute pénétration humaine de l’esprit. » (DV n°6)

Il s’agit pour chacun de revenir sans cesse à la nouveauté de la manifestation de Dieu qui vient rencontrer tous les hommes.

« Dans les Saints Livres, en effet, le Père qui est aux cieux vient avec tendresse au-devant de ses fils et entre en conversation avec eux ; or, la force et la puissance que recèle la Parole de Dieu sont si grandes qu’elles constituent, pour l’Église, son point d’appui et sa vigueur et, pour les enfants de l’Église, la solidité de leur foi, la nourriture de leur âme, la source pure et permanente de leur vie spirituelle. Dès lors ces mots s’appliquent parfaitement à la Sainte Écriture : « Elle est vivante donc et efficace la Parole de Dieu » (He 4, 12), « qui a le pouvoir d’édifier et de donner l’héritage à tous les sanctifiés » (Ac 20, 32 ; cf. 1 Th 2, 13). » (DV n°21)

Méditons, réfléchissons et prions avec la Parole de Dieu, c’est une source qui ne se tarira jamais !

Thibaut +

********************************

Dimanche 9 octobre 2022

Qui sont nos lépreux aujourd’hui? N’est-ce pas un peu moi aussi? 

Les deux récits que nous propose la liturgie de ce dimanche sur la guérison de lépreux datent de près de 20 siècles. Mais que pouvaient-ils bien signifier pour les auditeurs de l’époque ?

La lèpre faisait partir d’un fléau ordinaire, mais la lèpre du corps était, sinon la preuve, au moins le reflet symbolique, d’un cœur « pourri » par le péché. Et que dire d’un lépreux samaritain ? Pour les pieux croyants d’Israël, ces gens, un ramassis de fils d’exclus, sont considérés comme des hérétiques, des schismatiques, totalement infréquentables. Imaginez un Samaritain, citoyen d’une région maudite, qui de surcroît est un véritable lépreux ! Le marginal par excellence.

C’est celui-là, le seul sur dix, dont Jésus va faire l’éloge, le seul homme de cœur, le seul qui a compris Jésus. Le seul qui accèdera à la véritable foi. Pour les croyants juifs de l’époque, il y avait de quoi être vexés, jaloux, irrités, scandalisés. Première leçon, tant pour hier que pour aujourd’hui : manifestement, Jésus n’entre pas dans les vues racistes de ses contemporains. Ces exclusions, même légalisées, lui sont insupportables.

Cet évangile peut nous évoquer la scène émouvante de François d’Assise embrassant un lépreux. Avant sa conversion, la seule vue d’un lépreux le faisait fuir, tant sa répugnance à leur égard était grande. Ils le dégoûtaient, comme il le reconnaît lui-même dans son testament. “Ce fut le Seigneur qui me poussa à aller vers eux. Je le fis et tout fut dès lors changé”. Il venait de voir dans le lépreux toute la pauvreté du monde. Il découvrait l’importance de ce qui est petit, faible et souffrant.

Pour nous, c’est la deuxième leçon, la vraie et importante question est de savoir qui sont les lépreux d’aujourd’hui ? Où se trouvent les Samarie modernes ? Quels sont les excommuniés et les exclus de notre société, de notre Eglise, de nos communautés, de nos pays ? Que ferions-nous, par exemple, si un groupe de réfugiés, déguenillés, affamés, sans papiers, repoussants pour la vue et l’odorat, venait, en plein hiver glacial, chercher refuge dans notre oratoire ou dans l’église ? Quelle serait notre réaction ? Quelle serait, en définitive, notre réponse évangélique ? La question nous donne l’occasion de nous demander, en conscience, quels sont les lépreux et les Samaritains d’aujourd’hui, pour que nous soyons prêts à actualiser et réactiver l’évangile.

Accueillir le pauvre, n’est-ce pas aussi accueillir notre propre pauvreté, nos lèpres ?

Stephan+

********************************

Dimanche 2 octobre 2022

Envoi en mission des serviteurs de l’Espace Missionnaire

Quelle joie et quelle chance de voir tant de paroissiens se mettre au service de l’Espace Missionnaire !

C’est grâce à chacun de nous que cet espace est accueillant, chaleureux et peut offrir tant de propositions adaptées à tous les âges.

Dans son Principe et Fondement, saint Ignace nous apprend que nous sommes faits « pour louer, servir et respecter Dieu ». En effet, nous ne servons pas le Seigneur par peur, par devoir, ni parce que nous nous sentons coupables, mais parce que nous voulons exprimer ainsi notre joie et notre reconnaissance pour ce qu‘Il a accompli pour nous.

Grâce au salut, notre passé a été pardonné, notre présent a un sens, et notre avenir est assuré. Un cœur sauvé veut servir les autres.
Il n’y a pas de service sans importance dans l’église. Certains sont visibles et d’autres moins, mais tous ont de la valeur.
D’ailleurs, c’est souvent les services petits ou discrets qui font toute la différence. Tous les services comptent parce que nous dépendons tous les uns des autres. En effet, que se passe-t-il lorsqu’une partie de notre corps fonctionne mal ? Nous tombons malade. Le reste du corps souffre. 

Le service ne doit pas être une option à rajouter à notre programme s’il nous reste du temps, mais il est au cœur de notre vie chrétienne. Jésus est venu pour servir et pour donner, et ces deux verbes devraient aussi définir notre vie sur terre. Il est bon que nous puissions redonner ce que nous avons reçu et nous serons comblés de joie !

Je sais combien les tâches du quotidien, la vie de tous les jours, au sein d’un couple, d’une famille, sont déjà « un service » très chronophage. Mais peut-être que je peux aussi rendre un service et prendre une responsabilité dans l’une des propositions de notre Espace Missionnaire.

Vous trouverez pour cela des feuilles d’inscription roses ou bleues disposées sur une table dans le narthex de l’église qui reprennent l’ensemble des propositions et services. Merci à toutes celles et ceux qui se donnent dans notre Espace Missionnaire, vous êtes plus de 300 !! Soyez bénis.

Nous allons prier pour vous et vous envoyer en mission pour cette année qui a déjà bien commencé.
Bonne mission à chacun, pour le salut de tous !

Stephan+

********************************

Dimanche 25 septembre 2022

Lazare et le riche 

Les 3 effets de cette parabole :

1. Un premier effet qui met au réel notre condition humaine : nous sommes égaux devant la mort.

Dans cette histoire, nous voyons un riche qui fait des festins tous les jours, et qui meurt.
Et nous voyons Lazare, ce pauvre mendiant, couvert dulcères, devant une porte, qui meurt aussi. C’est le premier enseignement de la parabole : tous, nous mourrons, quoi que nous soyons ou prétendons être, quoi que nous fassions. La mort : match nul pour tout le monde. Égalité parfaite. Le riche peut se dire, à quoi bon ? Toute cette richesse ? Tous ces banquets ? Cette parabole est un miroir pour que le riche puisse se voir finalement assez proche du « chien galeux » car il va mourir aussi.

2. Deuxième effet : une invitation morale

Cette parabole nous parle d’un abîme infranchissable. Mais cet abîme se creuse en réalité aujourd’hui. Cestnous la figure de l’intransigeant qui est figuré par Abraham. Le pauvre voit le riche mais le riche ne voit pas le pauvre. Il faut le mettre dans une parabole au milieu des tortures pour qu’enfin, il le voit. Nous sommes conviés à ouvrir les yeux, à cesser de creuser cet abime et à le combler, à savourer la bienheureuse égalité des humains devant le fait, tout simple, de mourir. Car là, chez les vivants, il n’est pas trop tard. Cette parabole est une histoire pour les vivants et donc une histoire de possible. C’était leffet moral. L’abîme qui est creusé dans notre monde, l’est aussi dans l’autre, mais ce qui comblé dans ce monde l’est aussi dans l’autre. A nous de jouer, à nous de vivre.

3. Troisième effet : après la mort, il y a une vie !

Cet effet est théologique puisqu’il nous invite à croire en la résurrection de Jésus, non comme un évènement bouleversant, mais un objet de foi, un dogme, une preuve de la véracité du christianisme. « S’ils n’écoutent pas Moïse et les prophètes, ils ne se laisseront pas persuader quand quelqu’un des morts ressusciterait ».C’est une invitation à croire en la résurrection, croire cette parole de Dieu, car elle donne sens à notre existence. Notre vie, n’est qu’un passage sur terre pour une vie nouvelle, et elle se prépare déjà maintenant.

Alors Seigneur, en ce jour, je choisis de vivre avec toi et pour toi. Et, en le faisant dans l’amour, je prépare une vie bienheureuse !  

Stephan +

********************************

Dimanche 18 septembre 2022

Intercéder 

 

Bien-aimé,
j’encourage, avant tout, à faire des demandes, des prières, des intercessions et des actions de grâce pour tous les hommes, pour les chefs d’État et tous ceux qui exercent l’autorité, afin que nous puissions mener notre vie dans la tranquillité et le calme, en toute piété et dignité. Cette prière est bonne et agréable à Dieu notre Sauveur, car il veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la pleine connaissance de la vérité.” 1 Tm 2, 1-4

La deuxième lecture de ce dimanche nous invite à une prière d’intercession pour nos responsables politiques. Et elle nous montre aussi quelques éléments du Bien Commun : vivre en paix pour accueillir le salut en Christ et chercher la vérité.

L’Evangile de ce dimanche parle de la séduction de l’argent qui pourrait nous détourner du service du Bien Commun. L’argent est un moyen utile mais pas une fin à acquérir au détriment des autres. Jésus met souvent en garde contre un aveuglement que peut entrainer la recherche de toujours plus d’avoir. Cette tentation guète nos dirigeants politiques et économiques mais aussi chacun d’entre nous. La vigilance est de mise !

La prière d’intercession doit souvent être aussi une prière personnelle pour que ce que nous demandons pour les autres, nous essayions aussi de le vivre pour nous. Le fait que nos responsables favorisent la paix est nécessaire, mais cela nous invite chacun à être artisan de paix.

Pour que l’argent ne soit pas un objet de séduction pour nos dirigeants, il s’agit aussi que nous relativisions son importance pour nous. L’argent n’a qu’une valeur conventionnelle ; c’est parce qu’on lui reconnaît une valeur qu’il permet d’acheter biens et services. Dévaluations et faillites viennent occasionnellement rappeler que le géant a des pieds d’argiles. D’autre part, comme Jésus le rappelait, il nous faudra tous mourir un jour. Et puis, tant de bonnes choses de cette vie sont gratuites, ne s’acquièrent pas par le mérite ou l’effort. La beauté de la plus simple des fleurs, un coucher de soleil, une amitié sincère, un amour partagé, toute ces choses donnent de la valeur sans qu’une accumulation de richesse ne soit nécessaire pour les obtenir. La logique économique se centre sur le fait que les ressources sont limitées, la foi ouvre les yeux sur le fait que tant nous est donné. L’argent a donc une certaine utilité, mais ne peut réaliser tout ce qu’il promet. Il est un serviteur utile, mais devient facilement un maître écrasant.

Que notre prière d’intercession se fasse plus persistante pour que chacun se convertisse à l’Amour du Seigneur; et nous aussi.

Thibaut +

********************************

Dimanche 11 septembre 2022

Prière pour la rentrée 

 Prière des enfants : « Seigneur, que mon ange gardien soit dans mon cartable. Aide-moi à apprendre peu à peu toutes les sciences que Ta sagesse a créées et que les hommes ont su expliquer. Que je sois attentif au travail que l’on me donne, aux explications qui m’éclairent. Que les professeurs soient de bonne humeur et n’oublient pas que je compte sur leur présence. J’ai toujours un peu peur lorsque j’ai un contrôle, mais je sais que l’Esprit Saint est avec moi. Je Te confie mes amis. Éloigne de moi les ennemis. Que cette journée d’école soit paisible et sereine. Aide-moi à penser à Toi tout au long de la journée. Apprends-moi à parler de Toi pour Te faire connaître aux autres et à prier pour eux. Ainsi soit-il. »

Prière du travailleur : « Apprends-moi, Seigneur, à bien user du temps que tu me donnes pour travailler et à bien l’employer, sans rien en perdre.
Apprends-moi à hiérarchiser mes priorités et à te donner du temps par la prière.
Garde-moi de l’idéal de la perfection, sans quoi je me perdrais d’orgueil.
Seigneur, ne me laisse jamais oublier que tout savoir est vain sauf là où il y a travail, et que tout travail est vide sauf là où il y a amour, et tout amour est creux qui ne vient de ta grâce. Que si je le fais par goût du profit, comme un fruit oublié je pourrirais à l’automne. Que si je le fais pour plaire aux autres, comme la fleur de l’herbe je fanerais au soir. Mais si je le fais par ta grâce, je demeurerais dans le bien. Et le temps de faire bien et à ta gloire, C’EST MAINTENANT. Amen »

Bénédiction des cartables : « Dieu qui sanctifies tout par Ta parole, répands ta bénédiction † sur ces cartables et fais que tous ceux qui s’en serviront avec amour et courage, selon Ta volonté, reçoivent de Toi l’intelligence et la force de travailler pour Ta gloire. Par le Christ Notre Seigneur. »

Prière du prêtre : Dieu notre Père, écoute la prière de ces enfants qui te présentent aujourd’hui leur cartable comme symbole de leur travail. Donne-leur de grandir tout au long de cette année dans la foi l’espérance et la charité, et prépare-les toi-même à la mission que tu veux leur confier pour leur bonheur et ta gloire .

Stephan +

********************************

4 septembre 2022

C’est la rentrée

Hé oui, c’est déjà la rentrée ! Alors « bonjour », joie de nous retrouver, et bienvenue aux nouveaux, à toute personne et familles qui viennent de nous rejoindre sur l’Espace Missionnaire Reims Est ! Vous êtes ici chez vous ! C’est un honneur de vous accueillir ! 

J’espère de tout mon cœur que vous avez passé de bonnes vacances, que vous vous êtes bien reposés et que vous êtes en forme pour cette nouvelle année scolaire qui vient de débuter.  J’espère aussi que chacun a pu profiter de cette période estivale pour prendre du temps pour Dieu, pour les autres et du temps pour soi !  

Pour cette rentrée qui commence, j’ai 3 souhaits. Tout d’abord, celui de vivre davantage la fraternité. Lors des grandes assemblées dominicales nous essayons de la vivre, mais nous pourrions aller plus loin dans l’accueil des nouveaux et prendre du temps à la sortie de la messe pour saluer quelqu’un que nous ne connaissons pas. Nous continuons aussi en semaine les petits groupes de partage, nos « frat’ maison », pour permettre à tous ceux qui le souhaitent de vivre plus concrètement cette fraternité. Il est important que chaque paroissien ait un lieu de partage, où l’on prend soin et où l’on prie les uns pour les autres. 

Mon deuxième souhait concerne les jeunes. Nous souhaitons que les jeunes aient des propositions plus adaptées à leur âge et puissent se former, recevoir une nourriture pour se construire. Un grand travail de fond est en train de se mettre en place pour permettre cette évangélisation de vos enfants. Nous en reparlerons certainement durant l’année. 

Enfin, mon dernier souhait, c’est que tous, surtout ceux qui ont des responsabilités, n’oublient pas de se ressourcer spirituellement La source qui nous anime, c’est le Christ : encore faut-il aller puiser son Eau Vive dans les temps de prière, de retraite et la lecture de la parole de Dieu. Jésus nous attend notamment dans la chapelle de l’adoration qui est ré-ouverte. Il est là, quand on veut et quand on peut ! 

Que cette nouvelle année pastorale soit pour chacun l’occasion d’une vie fraternelle intense, d’une attention à nos plus jeunes et d’une fécondité apostolique qui s’enracine dans notre relation personnelle à Jésus. Que l’Esprit du Seigneur nous guide ! Bonne année à chacun !

Stephan+